Ajouter aux favorisme contacter Flux RSS
Rechercher :

Accueil >> Voyager

Récits de voyages

Appréciant fortement l’Egypte, je vous écris pour vous raconter le récit de mon 3ème voyage en 4 mois, effectué durant les fêtes de fin d’année 2007. La première fois à Taba, au nord du Golfe d’Aqaba, dans le cadre d’un voyage organisé de dernière minute via internet avec des amis. La deuxième, un mois plus tard, seule en vol sec, avec un sac et un guide du routard. Enfin cette fois, avec 2 sacs (!!), toujours mon guide, et du coup, quelques connaissances égyptiennes sur place….

Je suis partie en Egypte le 30 décembre dernier. J’ai passé le jour de l’an là bas, c’était très chouette.

J’ai retrouvé mon guide au ranch du Sofitel d’Hurghada, et je suis repartie dans le désert avec la même pur sang que lors de mon deuxième voyage, même sensations, même paysage, c’était vraiment bien. J’y suis retournée quelques jours après, juste pour partager quelques thés avec le guide, et discuter en pleine chaleur, bercés par l’odeur des chevaux…. Prendre le temps de vivre quoi…

Un Égyptien

Je suis aussi allée à Louxor, toujours grâce à mon guide du routard.

Le jour de mon départ, j’ai attendu le bus à la station durant 2 heures. Ne le voyant pas arriver, j’ai finalement trouvé deux anglais et un portugais pour louer un taxi avec moi. Nous avons fait le voyage de jour, traversés le désert, vécus ces paysages magnifiques avec beaucoup d’émotions. Nous avons été arrêtés à chaque check-point, passeports, bakchiches, re-passeport, re-bakchiche ! Incroyable !!!!! A chaque fois, comme j’étais la seule femme, brune et bronzée de surcroît, on se faisait arrêter et ça durait une éternité !! J’ai appris par la suite qu’en fait nous avons eu beaucoup de chance parce qu’il est interdit aux touristes de se déplacer sans faire partie d’un convoi militaire….. D’où les nombreux backchiches !!

Inutile de dire qu’à n’importe quel moment nous aurions pu être arrêtés et obligés de faire demi-tour. Mais je ne l’ai su qu’après.

Bref, arrivée sur Louxor, j’ai quitté mes compagnons de route, et j’ai trouvé un hôtel dans le centre, pour 3 euros la nuit. C’est un couple franco-égyptien qui tient cet hôtel, et de suite, à mon arrivée vers 16h, l’homme m’a proposé de m’emmener en moto visiter le temple et le musée de Louxor. Le temps de poser mes affaires dans la petite chambre, et hop, j’étais sur sa moto, sans casque, à fond dans la ville, c’était fabuleux et très excitant. J’ai filmé avec mon appareil numérique, la qualité n’est pas terrible mais bon, on ressent tout de même bien l’atmosphère !

Des hiéroglyphes

Evidemment, la visite du temple, de nuit, se passe de commentaires….ça se vit, et ne se raconte pas…

Des hiéroglyphes

Le soir je suis allée chercher un « take away » en ville, de la « cocherie », un mélange de viande, riz, pâtes, pois chiches et épices. Et surtout, le pain blanc tellement bon…

J’ai dîné sur la terrasse de l’hôtel, terrasse ouverte sur la ville au dernier étage, arrangée façon tentes bédouines. Il y fait bon vivre pour 3 euros, croyez moi !!! les routards de tous horizons y discutent, boivent le thé et fument la chicha avec les propriétaires de l’hôtel et les employés.

Je conseille vraiment cet endroit.

Une terrasse

Le lendemain j’ai visité la Vallée des Rois, la Vallée des Reines, le Temple d’Apshetsout.

J’aimerais juste ajouter que malgré la beauté des sites, il est très difficile d’arriver à ressentir l’atmosphère qu’il pouvait régner avant dans ces vallées, le flux de touristes empêchant toute liberté de ressenti. C’est sans doute la raison pour laquelle je ne m’étends pas sur mes visites. Pour raconter, il faut sentir….et même si les sites de Louxor sont incontestablement splendides, on ressent difficilement quelque chose, sauf de la colère face à tous ces visiteurs qui ne savent pas apprécier en silence !

Je n’ai pas eu le temps de visiter Karnak, mais j’y retournerais.

De nouveau j’ai eu de la chance pour le retour sur Hurghada parce qu’Emmanuelle, la femme de l’hôtel, recevait des amis suisses à elle, et elle partait avec eux visiter Hurghada et le Caire.

Sur un bateau

Donc nous avons loué un petit minibus, pour 5, et nous avons traversé le désert dans l’autre sens, mais de nuit cette fois….c’était tellement beau… le ciel était dégagé, je ne comptais plus mes vœux tant il y avait d’étoiles filantes….et nous étions intégrés dans le fameux convoi militaire, parmi une centaine de bus, cars et voitures en tous genres…. On se serait crus au Paris Dakar !!! C’était vraiment inoubliable. Ca faisait comme un long serpentin lumineux sur plusieurs kilomètres.

Rentrée sur Hurghada le vendredi soir, j’ai profité calmement du week-end, me laissant aller au gré de mes envies, entre balades à Sekkala et Dahar d’une part, et visites à mes amis égyptiens de l’autre. Même si dans l’ensemble, Hurghada est une ville surfaite, bétonnée et laide pour nos yeux, il y règne une ambiance animée nuit et jour. Cela permet d’oublier un peu que cette ville a été construite de toute pièce pour le tourisme de masse et notamment pour ces milliers de Russes, qui se baladent sans complexe en string sur les plages ou en mini jupes et décolletés vulgaires dans les ruelles….

Puis à partir du lundi, j’ai plongé toute la semaine, 2 fois par jour, avec l’UCPA. Ma semaine de plongée en « extra » (j’étais considérée comme extra puisque je ne faisais pas partie des clients de l’UCPA package hôtel/plongées, organisé depuis la France) m’a coûté 230 euros, comprenant les 10 plongées, les repas et la location du matériel. Compte tenu du professionnalisme de cet organisme, ça les vaut. Et puis contrairement à mon deuxième séjour où je m’étais également offerte quelques plongées, appréciant à l’excès la visite d’une trentaine de dauphins au cours de l’une d’entre elles, cette fois j’ai ENFIN vu celle que j’attendais depuis une éternité….la raie Léopard, majestueuse, et inqualifiable…maintenant je sais pour quoi j’aime autant la mer….

Enfin le week-end de mon départ, j’ai de nouveau flâné… j’en ai profité pour me « gaver » de ful (purée de pois chiches, crème et épices) et de ful falafèles (beignets de légumes) dans des petites cantines égyptiennes, au soleil….

Je suis repartie le dimanche, après deux semaines, et le cœur serré…

Cette fois je ne sais pas si je pourrais y retourner avant quelques mois parce que j’ai démarré un nouveau job dès mon retour, donc pas de vacances… mais la prochaine étape sera assurément Alexandrie, le Caire si j’ai du temps, mais surtout descendre le long du Nil, depuis Alex, jusqu’à Louxor où je me suis promise de retourner visiter Karnak. Cela dit, ….. si la grisaille parisienne m’asphyxie de trop, j’opterais plutôt pour un treck dans le Désert Blanc….mais pour vivre le Désert Blanc, il faut être préparé, parce que la magie de l’immensité et tout ce que l’on y trouve trouble fortement et inévitablement la sensibilité de tout homme normalement constitué !

Vous pourrez voir quelques photos de mon voyage sur le lien suivant : www.facebook.com/profile.php?id=1059705522

Article écrit par Caroline


Bookmark and Share

Fleche retour bas